Le vagin à l’ère connectée

Enquêtes

Le vagin à l’ère connectée

Dans la plupart des cultures ou sociétés où la sexualité a été élevée au rang d’art il existe un enseignement de celui-ci. Enseigné à des femmes, il n’a pas laissé de traces d’un clivage entre leurs orgasmes, aucune séparation n’est faite entre ceux dits (...)


L’homme qui aimait les femmes

Avant & ailleurs

L’homme qui aimait les femmes

Depuis Freud, qui pourtant finit par avouer que pour en apprendre davantage sur la sexualité feminine il fallait « interroger votre propre expérience, adressez-vous aux poètes ou attendez que la science soit en état de vous donner des renseignements (...)


Arthur H : la mélodie de l’Éros

Entretiens

Arthur H : la mélodie de l’Éros

Le chanteur Arthur H sort ces jours-ci un album inhabituel, "L’or d’Éros", où il lit un ensemble de textes érotiques de nos plus grands auteurs, dans la lignée de ce que défend SecondSexe.com depuis sa création ... L’occasion pour nous de s’entretenir avec avec lui des effets de la mélodie des mots sur le désir sexuel.


Masturbations passion

Enquêtes

Masturbations passion

Au Canada, les femmes ont un rapport très libéré à leur corps et la masturbation semble être chez elles peut-être plus courante qu’en France. Comme les Américaines, elles ont une approche "naturaliste" qui leur permet de raconter sans retenue leurs (...)

Mais encore...

La sexualité des seniors

Aujourd’hui plus jeunes qu’hier et bien moins que demain Grâce aux avancées médico-sociales du siècle dernier le statut des femmes a évolué. Nous sommes nombreuses aujourd’hui à mener une vie active longue, au cours de laquelle nous pouvons faire des choix que n’ont pas eu nos aînées. Plus polyvalentes, mobiles, mieux informées en général et en particulier sur notre sexualité, nous sommes plus « jeunes » d’esprit et de corps passés 50 ans que ne le furent au même âge les générations passées. Taboue autrefois, l’idée que notre vie sexuelle puisse se poursuivre passé un certain âge s’impose donc plus facilement. La « sexualité des seniors » sort de l’ombre grâce aux éclairages de la médecine et des médias. La vitesse à laquelle chaque secteur se déploie pour s’emparer de ce marché donne parfois le tournis. Les recherches dans ce domaine sont encore peu nombreuses, pourtant les étalages sont pleins d’une pharmacopée spécifique et les slogans vont bon train. Il semble se former un système de valeurs autour de la sexualité après 50 ans, qui, loin de faire la peau à des croyances d’avant-guerre, s’articulent avec elles pour former un cocktail de prescriptions pas toujours excitant. Comment ne pas nous confondre avec une image médiatique de la sexualité mature pour au contraire, trouver des pistes charnelles plus personnelles ? Quelle peut être la sexualité après 50 ans ? Comment bien la vivre dans une société où la « performance » prend facilement le dessus sur le plaisir, où les vertus de la jeunesse (celle qui n’a pas d’âge) s’abîment parfois dans le « jeunisme » (celui où l’âge est nié) ? La formule « UNE femme, UNE ménopause, UN traitement hormonal de substitution, UNE sexualité » n’est pas nécessairement celle qui convienne à toutes. Il s’agit de résister à la tentation de simplifier l’équation intime la plus complexe qui soit : celle de son propre désir. Ce qui valait avant vaudra jusqu’à la fin, il n’y a pas d’âge pour le(s) bon(s) sens.

I- La libération sexuelle ne s’est pas faite en un jour

Pour l’ouverture du site, il nous est apparu indispensable de commencer par un point sur le statut de la femme qui, depuis le début du XXe siècle, est en mutation constante. A sujet exceptionnel, dossier exceptionnel en 4 parties.

La frustration ou l’éperon du désir

La frustration. Un mot terrible qui sent le couperet. Syndrome du désir court, contrarié, étouffé dans l’œuf.
Rendons à l’orage son éclair.
À l’origine du mot frustrer, une déception sans rédemption. Le verbe signifiait « rendre vain », « tromper », « être dupe de ». Un jeu de menteurs où rôde la déception, cette terrible peine-à-jouir. Un tour d’impasses-passes. La frustration est un jeu qui creuse son sillon entre la satisfaction immédiate et la privation. Entre les deux se joue le désir, hésitation entre l’attente projective, érotisée, et sa réalisation. Et si, plus qu’une douche glacée, la frustration était l’aiguillon du désir, son éperon acéré ?