Le vagin à l’ère connectée

Enquêtes

Le vagin à l’ère connectée

Dans la plupart des cultures ou sociétés où la sexualité a été élevée au rang d’art il existe un enseignement de celui-ci. Enseigné à des femmes, il n’a pas laissé de traces d’un clivage entre leurs orgasmes, aucune séparation n’est faite entre ceux dits (...)


L’homme qui aimait les femmes

Avant & ailleurs

L’homme qui aimait les femmes

Depuis Freud, qui pourtant finit par avouer que pour en apprendre davantage sur la sexualité feminine il fallait « interroger votre propre expérience, adressez-vous aux poètes ou attendez que la science soit en état de vous donner des renseignements (...)


Arthur H : la mélodie de l’Éros

Entretiens

Arthur H : la mélodie de l’Éros

Le chanteur Arthur H sort ces jours-ci un album inhabituel, "L’or d’Éros", où il lit un ensemble de textes érotiques de nos plus grands auteurs, dans la lignée de ce que défend SecondSexe.com depuis sa création ... L’occasion pour nous de s’entretenir avec avec lui des effets de la mélodie des mots sur le désir sexuel.


Masturbations passion

Enquêtes

Masturbations passion

Au Canada, les femmes ont un rapport très libéré à leur corps et la masturbation semble être chez elles peut-être plus courante qu’en France. Comme les Américaines, elles ont une approche "naturaliste" qui leur permet de raconter sans retenue leurs (...)

Mais encore...

Mauvais genre : redistribution des cartes

Portrait d’Agnès Thurnauer.

« Peindre serait faire des branchements de libido sur de la couleur.(1) »

Agnès Thurnauer manipule l’histoire de l’art comme un matériau. Fortement inspirée par l’œuvre d’artistes masculins majeurs, elle détourne leur travail et le féminise, le questionne. L’artiste française se joue des conventions sociales et dresse un état des lieux incisif. Elle pointe du doigt les fictions de vie imposées aux femmes artistes et aux artistes femmes. Elle renégocie le plan de table avec humour et précision. Lors d’une conférence/discussion à l’occasion de son exposition monographique au Palais de Tokyo durant l’hiver 2003, Agnès Thurnauer affirmait que la notion de désir structurant son travail était à comprendre dans le sens d’un engagement.

« LA » lesbienne n’existe pas

Perchée sur ses talons aiguilles, les jambes galbées dans ses bas résille, les seins surgissant de son décolleté, Wendy ne laisse pas indifférent sur son passage. Sa blondeur et la sophistication de son maquillage achèvent ce physique de pin-up des années 50. En rencontrant Wendy, nous ne nous attendions pas à tant de sex-appeal. Mais à l’écouter parler, nous nous laissons séduire : lesbienne, militante et fière de l’être, Wendy fait voler en éclat tous les clichés. A 28 ans, elle cumule déjà plusieurs vies en même temps : En thèse de Sciences de la communication à la Sorbonne, elle donne des cours aux étudiants de Master 1 et Master 2 de Paris IV, elle est aussi comédienne dans une troupe de strip-tease burlesque, elle écrit également des livres dont Quatrième Génération paru à l’automne 2007 chez Grasset, et comme si elle n’était pas rassasiée, elle s’exhibe au gré de performances sexuelles, tenant lieu de manifestes. Prof, strip-teaseuse, écrivain, reine du fist vaginal, Wendy est tout ça à la fois. Alors nous ne voyions pas qui d’autre aurait pu nous faire le portrait de La Lesbienne des années 2000.

Françoise Rey

En 1989, La Femme de Papier, écrit par une inconnue, révolutionne le monde de la littérature érotique féminine. Son écriture sensuelle et terriblement érotique prouve que les hommes ne détiennent plus le monopole des situations transgressives et provocantes. Elle devient avec sa première publication la « Grande Dame » de la littérature érotique. Après quelques années de silence, Françoise Rey publie mi-novembre Des Guirlandes dans le sapin aux Editions Blanche, l’occasion pour nous de la rencontrer. Elle nous parle de ses goûts, de son œuvre, de son statut d’écrivain érotique. Auteure de plus d’une vingtaine de romans et nouvelles érotiques, La Femme de Papier est avant tout La Femme de Passion… Passion du désir d’être elle-même, de la liberté d’avoir un sexe… et du plaisir d’en jouir.