La politique du désir féminin

Du fantasme au plaisir

La politique du désir féminin

Le désir et le plaisir des femmes - autres que marchandisés - sont absents des sphères politiques, médiatiques et par conséquent trouvent difficilement leur place dans la sphère privée. Or ils sont essentiels à l’empowerment des femmes. Toutes les (...)


Le pays où les femmes initient les jeunes garçons ...

Avant & ailleurs

Le pays où les femmes initient les jeunes garçons ...

L’île de Mangaia, dont le nom signifie "pouvoir temporel", se situe dans l’océan pacifique. Cette ile, tardivement découverte par le capitaine Cook, mettait la famille au coeur de la société, jusqu’à ce que l’Occident impose les règles du catholicisme. (...)


Connaissez-vous l’Osunalité ?

Avant & ailleurs

Connaissez-vous l’Osunalité ?

L’approche africaine à la féminité, à la sexualité, est très éloignée de l’approche judéo-chrétienne de l’Occident. Dans certains pays d’Afrique, la déesse de la Féminité Osun (ou Oshun) à même donné lieu à l’ « Osunalité », un nouveau courant féministe (...)


Le 69 révolutionnaire

Avant & ailleurs

Le 69 révolutionnaire

Il n’est pas nécessaire d’être la tête entre les jambes de son partenaire tout en le laissant - tête bêche - opérer d’un même rapport buccal, pour savoir à quoi correspond le chiffre 69. Bien avant de savoir à quoi cela correspond, les enfants eux-mêmes (...)

Mais encore...

Soumission au féminin

Martine, l’épouse de Sganarelle dans Le médecin malgré lui , est une femme comme les autres. Entendez par là qu’elle est fatiguée de consacrer tant d’énergie à ses enfants, et qu’elle aimerait bien que son mari l’aide davantage à la maison. Mais quand Sganarelle, excédé de ses reproches, se décide à la battre, quand un tiers entreprend de les séparer, la volte-face de Martine est totale :

« — Et je veux qu’il me batte, moi.
— Ah ! j’y consens de tout mon cœur. (…)
— Est-ce là votre affaire ?
— Vous avez raison.
— Voyez un peu cet impertinent, qui veut empêcher les maris de battre leurs femmes.
— Je me rétracte.
— Il me plaît d’être battue. »
Et oui ! Elle est comme ça, Martine. Il lui plaît d’être battue. Allons allons, me direz-vous, la scène a été écrite au XVIIème siècle… Depuis lors, les choses ont bien changé ! En sommes-nous si sûres ? De nombreuses femmes témoignent au contraire de leur attachement, dans le quotidien de leur vie de couple, à une certaine forme de soumission domestique. Mais bien entendu, la soumission n’est pas qu’affaire de psychologie. On la retrouve dans l’intimité de nos alcôves, sur un mode qui reste ludique la plupart du temps, mais peut également prendre la forme d’un asservissement total… Enquête sur un sujet frémissant : la soumission au féminin.

Les belles velues

L’image d’un corps nu peut encore heurter, provoquer, être taxée de gratuité par les plus timorés. Pour les autres, presque blasés, le genre a fait son temps. D’où l’identité ambiguë ou la dérision les plus souvent exploitées aujourd’hui, et qui ne passent pas toujours bien non plus. Parce que censée identifier les genres masculin/féminin, autrement dit parce que sexué, le poil comme matériau reste une sujet délicat qui intéresse les artistes.

To bi or not to bi ?

On connaît tous des mots qui pourraient se résumer à deux lettres : BI. Mais passons outre les bicéphales et bipolaires pour nous arrêter sur la bisexualité. On en entend beaucoup parler depuis quelque temps. Phénomène décrit comme une mode. Comme une (...)